ASSALE HILAIRE : Je veux terminer meilleur buteur

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

                             

Après avoir prolongé son aventure d’un an avec les bleus du MANAW MYAY FC (1ère division Birmane), Hilaire Assalé dans un entretien exclusif accordé à l’équipe du Talent caché, revient sur ses premiers pas dans le football <<cela n’a pas été de tout repos>>,définit ses objectifs en club<<faire une bonne saison et terminer meilleur buteur>>, garde dans son esprit la consécration ultime<<Je serai fier de défendre les couleurs de la Côte d’Ivoire>> . Portrait de celui sur qui personne n’aurait parié devenir un jour footballeur malgré son immense talent. 

Racontez-nous un peu comment avez-vous commencé à jouer au foot ?

J’ai commencé à pratiquer le foot à l’âge de 7ans. Tout a commencé par les tournois dans les quartiers avec mes amis. Deux événements m’ont véritablement amené au football, il s’agit de la finale de football des J.O de 96 à ATLANTA entre le Brésil et le Nigéria où je suis tombé sous le charme de Ronaldo qui par la suite m’a inspiré. Mais également lors du match de la Super Coupe Africaine Asec-Espérance de Tunis, en voyant jouer Aruna Dindane j’ai tout de suite su ce que je devais faire plus tard dans la vie : devenir un grand footballeur. Je me suis inscris par la suite dans un centre de football(EFAT) dans la commune d’Attécoubé avec lequel je participais au tournoi Mimosifcom qui m’a aussi permis de vraiment avoir cette passion et d’en faire plus tard mon métier.

Avez-vous rencontré des difficultés particulières durant votre carrière ?

Devenir footballeur  n’a pas été si simple pour moi. Déjà à mes débuts, à l’école tous on pratiquait le sport après les cours, mais moi je n’avais pas toujours droit à cela car il fallait faire un choix, soit vite rentrer à la maison et éviter la correction des parents ou soit, rester faire le sport et éviter les brimades du Directeur le lendemain. Mon père s’opposait à ce que je fasse du foot, pour lui je devais simplement continuer mes études et avoir un boulot, il n’y avait pas d’autre choix et si je m’opposais à cela c’étais le renvoi de la maison. Cette situation m’a encore plus motivée, même si je savais qu’il ne voulait que mon bien, moi je ne pensais que foot et rien d’autre. C’est ainsi qu’avec le soutien de ma mère et grâce à Dieu mon père fini par accepter mon choix.

Racontez-nous un peu le plus beau but de votre carrière ?

Ah,  j’en ai inscrit des buts aussi spectaculaires les uns des autres, mais celui qui m’a le plus marqué dont je me souviens comme si c’étais hier, est celui inscrit lors d’un match de l’OISSU, à l’école primaire. J’avais malgré toutes les interdictions décidé de jouer ce match, et ce jour là j’ai marqué un but d’une bicyclette comparable à celle d’Andy Cole, la légende de Manchester United. Cette bicyclette est le plus beau de ma vie, car c’est là que tout a véritablement commencé pour moi.

On constate que votre adaptation en Birmanie a été rapide, quels objectifs vous êtes-vous fixez cette saison ?

Tout d’abord, mon arrivée en Birmanie je le dois à mon ami et frère Kambou Ollo, c’est lui qui m’a proposé à son club Yadanarbon FC. Après je me suis vite adapté grâce aux conseils avisés de Kambou et de Patrice Gnonsian qui m’ont aidé à vite m’habituer à la vie ici. Dès lors tout a été plus simple, nous avons enchaîné avec le titre de champion et celui de l’AFCI Cup qui est la coupe de l’Asie. Je suis à présent à ma quatrième saison ici et l’an passé j’ai terminé à la deuxième place au classement des buteurs. Alors cette saison, l’objectif fixé est de terminer meilleur buteur ‘‘Pichichi’’.

Toujours à la recherche de la perfection, est-ce que les supporters ne vous en demande pas trop quelques fois ?

Evidemment, depuis mon arrivée en Birmanie, à chaque fois que je suis sur le terrain, j’essaie de faire de mon mieux, chaque week-end je joue ma saison prochaine. Les supporters ont toujours demandés beaucoup aux joueurs, tu es attaquant tu dois toujours "scorer", milieu on attend de toi que tu distribues des caviars à tes coéquipiers, défenseur tu dois être le garde-fou de l’équipe, toujours freiner les attaques adverses. Mais c’est ça le foot !

L’équipe nationale de Côte d’Ivoire, un objectif personnel à atteindre ?

L’équipe nationale ?, Rire…. Tout footballeur en rêve !

Auriez-vous un conseil à donner à un futur footballeur professionnel ?

Le foot n’est pas facile, faire le choix de devenir footballeur c’est faire le choix d’entreprendre beaucoup de sacrifices dans la vie. Alors pour réussir il va falloir écouter tes entraîneurs  respecter tes coéquipiers et se respecter soi même, ne pas choisir la facilité mais se battre pour toujours mériter sa place et écouter les conseils des parents.

Comment avez-vous réagit quand LE TALENT CACHE vous a contacté ?

Je n’ai pas été surpris quand l’équipe du Talent caché m’a contacté car déjà par le biais d’un ami, Necemon Tahi, j’en avais entendu parler. Alors tout de suite j’ai été ravi de pouvoir travailler avec eux car c’est une initiative qui ravi tout joueur de se sentir suivi quelque soit sa destination.

Un mot à l’endroit des Ivoiriens

 J’aimerais souhaiter bonne et heureux année 2013 à tous les ivoiriens et que 2013 soit une année de paix et de réconciliation dans tout le pays.

Votre mot de fin

Tout simplement vous dire merci pour ce que vous faites.

 

 

 

 

 

Paul Cédric Achi

 

 

 

 

 

INTERVIEWS

Recherche

Photos Lefestac 2014

Compteur de visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
250
Total :
3100605

Copyright © 2011 Letalentcache.net produit de I'COME